La taxe sur la résidence principale démentie par le gouvernement

Immobilier Royan

Cela fait près de trois ans que l'idée de taxer les propriétaires selon la valeur locative de leur résidence principale agite les réseaux sociaux. Le principe de ce projet est simple : Taxer les propriétaires occupants ayant fini de rembourser leur crédit. Le gouvernement n'a pas eu d'autre choix que de démentir cette « folle rumeur propagée sur les réseaux sociaux ».  

 

Christian Eckert, le secrétaire d'État au Budget, a pris la parole sur le sujet à l'Assemblée nationale avant de diffuser son démenti via Twitter et la plateforme de vidéos Dailymotion. Afin de faire taire la polémique, il nie toute intention du gouvernement de créer une taxe allant dans ce sens.


« Jamais le gouvernement n'a eu l'intention de faire une telle proposition. Jamais, même si elle venait d'un amendement parlementaire, il ne serait prêt à l'accepter »
 

La taxation de l'immobilier, un sujet qui fait beaucoup de bruit

C'est en septembre 2013 que la rumeur voie le jour, depuis, elle ne cesse de déchaîner les passions. Un rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) remis au Premier ministre lançait cette « innovation » fiscale. A l'origine de cette idée : l'immobilier est moins taxé que l'investissement dans les entreprises, ce qui est contre-productif selon ces auteurs. Pour pallier à ce phénomène, la solution évoquée était d'ajouter au revenu taxable d'un propriétaire d'un bien immobilier, le loyer réel qu'il percevrait s'il décidait de louer cette même résidence principale. Ce qui représenterait un sacré alourdissement de la note fiscale pour tous les propriétaires !

Si les propos clairs et nets du gouvernement doivent être de nature à rassurer les contribuables possédant leur logement, la créativité fiscale à la française peut malgré tout rester à l'ordre du jour. Les réformes en la matière restent en cours, notamment avec l'évolution, à la hausse, des impôts locaux via la réévaluation des valeurs locatives entrant dans le calcul des taxes foncière et d'habitation.